Poils d'animaux

En France, les animaux domestiques sont plus de 60 millions et sont présents dans plus d’un foyer sur deux.
Il y aurait 8 millions de chiens, 10 millions de chats, 3 millions de lapins et rongeurs, 4 millions d’oiseaux et 35 millions de poissons.

 

 

L’allergie aux poils de chat est la plus commune des allergies aux animaux. Les chats sont responsables de 2/3 des allergies aux animaux de compagnie.

Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas directement les poils de chat eux-mêmes qui sont responsables de l’allergie au chat mais une substance (une protéine : Fel d 1) que l’on retrouve sur le poil des chats. Cette protéine ou allergène est produite au niveau de la peau des félins. Elle est également présente dans la salive, l’urine, les larmes ou les squames (pellicules).

L’allergène se retrouve partout dans la maison : dans la literie, les tapis et les moquettes.
Il est également présent en suspension dans l’air et le sujet allergique l’inhale en permanence. Les poils de chat sont aussi transportés par les vêtements et les chaussures. On peut ainsi retrouver l’allergène en quantité importante même dans un lieu où ne vit aucun chat, dans une salle de classe par exemple.

Un enfant prédisposé à devenir allergique peut donc se sensibiliser aux poils de chat sans forcément être en contact avec l’animal.

Les sensibilisations au chien sont beaucoup moins fréquentes que les sensibilisations au chat.
Comme pour le chat, la protéine sensibilisante (Can f 1) est présente sur les poils du chien mais elle est moins allergisante.

Les autres animaux de compagnie responsables d’allergies sont :

  • Les rongeurs : le cobaye, le hamster, la souris, le rat et le lapin. Les allergènes responsables se retrouvent principalement dans les urines de ces rongeurs (bien qu’on les trouve également dans la salive et les poils).
    Les allergies aux rongeurs sont fréquentes chez le personnel de laboratoire.
  • Les nouveaux animaux de compagnie (NACs) sont également responsables d’allergies.
    C’est le cas de la gerbille, du chinchilla ou encore des reptiles.
    L’émergence des NACs traduit un phénomène de société lié, en particulier, à la mode et au besoin d’exotisme.
    Les NACs sont très divers :
    o  Animaux à sang chaud (gerboise, chinchilla…)
    o  Arachnides
    o  Batraciens (iguane)
    o  Reptiles (gekko, tortue, lézard, couleuvre)
  • Les oiseaux peuvent également être source d’allergie. Le perroquet est, avec la perruche et le canari, l’oiseau domestique le plus courant. Et un perroquet peut vivre jusqu’à 80 ans !
    Le syndrome « œuf-oiseau » : après une période de contact plus ou moins longue avec des oiseaux, accompagnée ou non de symptômes respiratoires, plusieurs sujets ont développé une allergie alimentaire à l’œuf.
  • Les animaux de la ferme : vaches, chevaux, chèvres, moutons. 
    L’allergie au cheval a doublé depuis 20 ans, en même temps que l’engouement pour ce sport. Ses manifestations sont violentes.